A l’Hôtel Dieu, le passé se rappelle au souvenir des promoteurs du futur

Publié le 8 octobre 2018 par patrimoine

Article du Mensuel de Rennes-octobre 2018 sur le prolongement des fouilles archéologiques dans la Cour d’Honneur de l’Hôtel Dieu:

Commentaire des APR:

Il y aura du retard au démarrage des travaux de la partie principale de l’espace de l’Hôtel Dieu car la Direction Bretagne des Affaires Culturelles prescrit des fouilles archéologiques supplémentaires dans la Cour d’Honneur.

Tant mieux!

Ceci donnera du temps supplémentaire pour faire prévaloir leur point de vue à ceux qui, comme les APR, souhaitent :

  1. que le cadre général extérieur du bâtiment d’origine reste tel quel avec sa Cour d’Honneur et son enclos de ferronnerie qui la sépare de la rue de l’Hôtel Dieu.
  2. Chaussures Brooks Femmes Pureflow Anthracite 6 que l’environnement végétal soit effectif et bien prévu dans le cadre du réchauffement climatique apparaissant, aujourd’hui, inévitable.
  3. que l’aménagement général ne recherche pas la densification maximum mais laisse respirer les espaces dans le cheminement soi-disant vert menant vers le nouveau parc remplaçant les prairies Saint Martin.
Mocassins Chaussures La De Femme Bateau amp; Sélection Zalando 84qrw8H

Vous avez dit « Nature en Ville ?? »

Publié le 4 octobre 2018 par patrimoine

MAJ du lundi 08/10/2018Courrier Madame Appere V2 – octobre 2018

APRES L’ABATTAGE DES ARBRES AVENUE JANVIER, LA MUNICIPALITE PERSISTE ET SIGNE EN ORDONNANT LA SUPPRESSION DE 22 PLATANES MAGNIFIQUES SUR 46 EXISTANTS ENTRE LE 7 ET LE 13 AVENUE FREVILLE

La Ville de Rennes a décidé d’abattre 22 platanes magnifiques sur un tronçon de 220 mètres entre le numéro 7 et le 13 Avenue Fréville. Pour le moment, ce tronçon comporte un total de 46 platanes (Voir photo) ordonnés en double rangée encadrant un chemin piétonnier.

Ces arbres d’une quarantaine d’années dans la force de l’âge sont parfaitement sains. L’allée constituée par ces arbres offre une perspective magnifique et permet aux piétons d’être protégés de la circulation automobile et de profiter d’un ombrage bienfaisant.

Cette décision aberrante a été signée par 2 élus : Messieurs Le Bougeant et Guillotin.

Ce projet est choquant à plusieurs titres :

  • Il apparaît scandaleux que la Ville de Rennes sacrifie ainsi des biens communs du Patrimoine public pour satisfaire quelques intérêts privés de quelques riverains se plaignant d’un trop grand filtrage de soleil (intérêts d’ailleurs mal compris parce qu’ils devront bientôt installer la climatisation dans leur appartement quand le réchauffement climatique provoquera son plein effet).

On notera également que les arbres étaient là bien avant qu’ils ne deviennent propriétaires. Ils n’ont pas eu la mauvaise surprise de les voir surgir tout à coup.

  • Comment peut-on accepter que soit ainsi anéanti un patrimoine de salubrité publique alors que la Ville de Rennes ne cesse de proclamer qu’elle souhaite lutter contre le réchauffement climatique, qu’elle est particulièrement soucieuse du bien être et de la santé des Rennais(es) et que ses objectifs passent par une grande place pour la Nature en ville ?

Il sera demandé par courrier à Mme Appéré, Maire de Rennes, de surseoir sans délai à l’exécution de cette décision et d’organiser une consultation publique.